CAC40

ACCOR +0.13%
AIR LIQUI. -0.96%
AIRBUS GR. -1.23%
ARCELORMI. -2.08%
ATOS SE -0.32%
AXA -0.86%
BNP PARIB. -0.23%
BOUYGUES -0.44%
CAP GEMIN. -0.52%
CARREFOUR +0.56%
CREDIT AG. -0.04%
DANONE +0.79%
ENGIE +0.26%
ESSILOR I. +1.27%
HERMES IN. +0.48%
KERING -1.76%
L'OREAL +0.05%
LEGRAND -0.45%
LVMH +0.27%
MICHELIN -0.37%
ORANGE +0.29%
PERNOD RI. +0.87%
PEUGEOT S. -2.41%
PUBLICIS . +1.09%
RENAULT -1.19%
SAFRAN OP. +0.33%
SAINT-GOB. -0.08%
SANOFI +0.35%
SCHNEIDER. -1.97%
SOCIETE G. -0.73%
SODEXO -2.12%
SOLVAY SA -0.50%
STMICROEL. +0.25%
TECHNIPFM. +0.04%
TOTAL -0.53%
UNIBAIL-W. +0.13%
VALEO . -3.31%
VEOLIA EN. +0.23%
VINCI -0.28%
VIVENDI -1.27%
Dernière mise à jour: 21 juil. 2018 15:45

CAC40

-0.35%
5398,320 pts

Hausses

Baisses

Chiffres clés

Matières premières

Devises

10 sep. 2016 - Dossiers dans actions-indices

Gros plan sur Cap Gemini

Anne d'Anselme

Anne d’Anselme, la croissance de Capgemini est-elle solide ?

Oui, le groupe a affiché un taux de croissance, à taux de change constants, de 14 % au 1er semestre, dont 3 % en organique.

Quelles sont ses activités les plus dynamiques ?

Capgemini profite pleinement du développement du Cloud et de la Digitalisation. Sur les six premiers moins de l’année, ces deux activités ont progressé à un rythme de 32 % et elles représentent dorénavant 28 % du chiffre d’affaires du groupe.

Mais d’un point de vue géographique, son exposition au marché anglais ne lui est-elle pas trop défavorable ?

Le Royaume-Uni et l’Irlande représentent 17 % du chiffre d’affaires du groupe et 20 % du résultat opérationnel. La moitié de l’activité est réalisée auprès du secteur public. Le Brexit, et les incertitudes associées, entraînent bien entendu des craintes de ralentissement. C’est la raison pour laquelle le groupe n’a pas relevé ses objectifs annuels de ventes pour 2016.

Quelles sont les zones géographiques les plus porteuses ?

Si on regarde l’évolution par zone géographique, on voit que l’Europe Continentale, et en particulier la France, l’Allemagne et les pays nordiques, a tiré la croissance. L’Asie continue à croître à un rythme à 2 chiffres. L’Amérique du Nord est en forte croissance (+30 %), grâce à l’acquisition d’Igate. Si l’on exclut ce rapprochement avec Igate, la croissance organique a été pénalisée au premier semestre par le secteur de l’énergie. Hors énergie, elle aurait été de l’ordre de 5 % sur la zone. Au second semestre, l’effet base devrait être plus favorable, ce qui permet d’être plus optimiste.

Justement, à propos des Etats-Unis, quand verra-t-on pleinement les effets du rapprochement avec Igate ?

Ils sont déjà visibles et devraient se poursuivre en 2017. L’incidence devrait également se matérialiser par une amélioration de la marge opérationnelle, principalement grâce à des synergies en matière de coûts. L’intégration avec Igate a déjà beaucoup avancé, Capgemini doit encore travailler sur les synergies commerciales, ce qui laisse des marges de progression.

Quels sont les autres leviers d’amélioration de la rentabilité ?

Le groupe devrait profiter de l’offshorisation. Après l’intégration d’Igate, 54 % des activités sont réalisées en offshore. Cependant, cette tendance devrait se poursuivre pour atteindre 65 % à terme. Certaines zones géographiques, à l’instar de l’Amérique du Nord, n’ont plus de marge de progression. En revanche, en Europe, et en particulier en France, ce taux n’est actuellement que de 30 %, ce qui laisse encore du potentiel, et donc des facteurs de progression de la marge opérationnelle. En outre, Capgemini se tourne de plus en plus vers le digital, source de rentabilité. Résultat, l’entreprise a relevé ses perspectives de marge opérationnelle pour 2016. Cette dernière devrait donc se situer dans une fourchette comprise entre 11,3 et 11,5 %.

 


Code : FR0000125338 | Tags : capgemini, anne d'anselme, cogefi gestion, offshorisation, igate, cap gemini,

Actualités relatives