CAC40

ACCOR +1.66%
AIR LIQUI. -0.73%
AIRBUS GR. +2.64%
ARCELORMI. +0.80%
ATOS SE +0.83%
AXA +0.29%
BNP PARIB. +0.48%
BOUYGUES -0.31%
CAP GEMIN. +1.78%
CARREFOUR +0.77%
CREDIT AG. -0.43%
DANONE +1.40%
ENGIE -0.10%
ESSILOR I. +1.77%
KERING +2.82%
L'OREAL +1.31%
LAFARGEHO. -0.16%
LEGRAND +0.42%
LVMH +0.92%
MICHELIN +1.25%
ORANGE -0.07%
PERNOD RI. -0.73%
PEUGEOT S. +0.85%
PUBLICIS . +0.73%
RENAULT +1.21%
SAFRAN OP. +0.09%
SAINT-GOB. +0.53%
SANOFI +0.80%
SCHNEIDER. +0.59%
SOCIETE G. +0.44%
SODEXO +0.23%
SOLVAY SA +0.29%
STMICROEL. +0.25%
TECHNIPFM. -1.50%
TOTAL -0.62%
UNIBAIL R. 0.00%
VALEO . +0.59%
VEOLIA EN. +0.81%
VINCI +0.41%
VIVENDI +1.63%
Dernière mise à jour: 20 jan. 2018 22:45

CAC40

+0.58%
5526,510 pts

Hausses

Baisses

Chiffres clés

Matières premières

Devises

28 déc. 2017 - Tendances dans actions-indices

Baisse avec l’euro

Euronext bourse def2

La Bourse de Paris a passé la quasi-intégralité de la journée en repli. Les grandes places financières de la zone euro ont été freinées par la hausse de la monnaie unique face au billet vert. Au moment de la clôture, l’euro s’échangeait contre environ 1,194 dollar, au plus haut depuis le début du mois de décembre. Du côté des matières premières, l’once d’or a profité du repli du billet vert pour atteindre un niveau inédit en plus de trois semaines à 1 291 dollars au second fixing à Londres. Au niveau de la macro-économie il y avait quelques indicateurs à suivre, exclusivement aux Etats-Unis. Les nouvelles demandes hebdomadaires d’allocations chômage sont restées stables, alors qu’elles étaient attendues en petite baisse. Le déficit de la balance commerciale des biens du mois de novembre s’est quant à lui creusé. Les intervenants attendaient une légère amélioration. Ces données, pourtant décevantes, n’ont pas vraiment eu d’influence sur la tendance. Les investisseurs n’ont pas non plus réagi à la hausse inattendue de l’indice mesurant le niveau de l’activité manufacturière dans la région de Chicago en décembre. Toujours de l’autre côté de l’Atlantique, les stocks de pétrole hebdomadaires se sont plus contractés que prévu, ce qui a permis au prix du baril de se stabiliser autour de 66 dollars à Londres.